Collection des fouilles archéologiques locales

Collection Nathanson

Collection du docteur Cathelin

INRAP

Si l’archéologie vous passionne, consultez le site de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) – www.inrap.fr/

Horaires d’ouverture

sans-titre-2samedi 27 mai de 10h à 12h

samedi 03 juin de 10h à 12h

mercredi 07 juin de 14h à 17h

samedi 17 juin de 10h à 12h

mercredi 21 juin de 14h à 17h

 

Denis Petit sera honoré au musée Cathelin

Denis Petit sera honoré au musée Cathelin

Passionné d’archéologie, Denis Petit (à droite) avait effectué des fouilles dans le secteur de Longjumeau

Denis Petit n’a pas seulement marqué, avec la discrétion qui le caractérisait, l’histoire du musée de Longjumeau. Décédé en décembre dernier, celui qui fut le responsable des collections de cette structure appréciée des passionnés d’archéologie n’a pas été oublié par ses amis de l’association Renaissance et Culture, qui cogère le lieu avec la ville.

Lors de la dernière réunion du conseil municipal, un vote a validé la proposition faite par l’association. L’historien local aura ainsi droit à une plaque à son nom à l’entrée de la salle de réserve du musée. « Elle sera inaugurée officiellement lors des journées européennes du patrimoine, en septembre prochain », indique Jean-Claude Deseine, vice-président de Renaissance et Culture. Une exposition mettant en lumière les recherches effectuées dans la région par ce spécialiste des céramiques sigillées gallo-romaines sera en outre proposée aux visiteurs.

Portes ouvertes au musée du docteur Cathelin de Longjumeau

Portes ouvertes au musée du docteur Cathelin de Longjumeau

19 décembre 2016

Le musée d’histoire et d’archéologique de Longjumeau ouvre ses portes au public mercredi après-midi. LP/F. L

 

La voix de Denis Petit ne résonnera plus au cœur du musée du Docteur Cathelin de Longjumeau. Mercredi après-midi, lors de l’ultime après-midi portes ouvertes de 2016, celui qui restera comme le concepteur et l’organisateur de cette structure consacrée à l’histoire et à l’archéologie ne fournira pas ses lumières au public. Décédé voilà quelques jours à l’âge de 68 ans et inhumé vendredi, ce spécialiste des céramiques sigillées gallo-romaines aura marqué l’histoire du musée. « Très discret, iI aura laissé son empreinte ici durant quarante ans », témoigne André Gastecelle, trésorier du comité de gestion de l’établissement culturel. D’autres témoignages, sortis de l’oubli grâce à des fouilles archéologiques entrepris ces trente dernières années, seront à apprécier mercredi après-midi.

Denis Petit

L’Association Renaissance et Culture de Longjumeau, le Comité de Gestion du Musée de Longjumeau ont la tristesse de vous faire part du décès de Denis Petit, archéologue, concepteur et organisateur du Musée de Longjumeau.

Historien local, féru d’archéologie, Denis Petit a participé à de nombreuses campagnes de fouilles dans notre région (différents sites de Longjumeau, église Saint-Etienne de Chilly-Mazarin, etc…) et collaboré à de nombreux colloques et études historiques et archéologiques.

Référant reconnu pour les céramiques sigillées gallo-romaines.

Les visiteurs se font peur au musée des horreurs

Les visiteurs se font peur au musée des horreurs

Gérald Moruzzi – 01 novembre 2016

Longjumeau, hier. Les visiteurs, souvent grimés, ont été impressionnés par les serpents et autres animaux conservés dans du formol.

LP/G.M.

Une partie de la collection du docteur Cathelin, léguée à la ville, a été exceptionnellement présentée au public à l’occasion d’Halloween.

Des reptiles de toutes tailles plongés dans le formol, une ménagerie d’animaux naturalisés, un crâne d’hippopotame, des squelettes… Il y avait de quoi se faire peur au musée du docteur Cathelin de Longjumeau hier pour fêter Halloween.

Souvent grimés, les visiteurs ont déambulé entre les murs de l’étrange réserve de cet établissement consacré à l’archéologie. Une petite partie de la collection accumulée par le docteur Cathelin et léguée à la ville, où il résidait au début du XX e siècle, a été exposée aux regards des petits et des grands.

Quelques haut-le-cœur avec le veau à deux têtes

« Nous sommes déjà allés au muséum national d’histoire naturelle, alors les enfants ne sont pas vraiment impressionnés », glisse Magalie, les yeux plongés dans ceux d’un long varan empaillé.

Pour d’autres, le moment a été plus instructif, mais aussi moins agréable. Le veau à deux têtes, conservé dans un grand bac depuis près de quatre-vingts ans et placé au cœur de ce musée des horreurs éphémère durant quelques heures, a provoqué des embouteillages, mais aussi quelques haut-le-cœur.

« C’est un peu glauque de voir cela, je suis dégoûtée », avoue Nathalie, entre deux photos souvenirs. « Dans la collection, il y a des choses bien plus terribles, des fœtus humains par exemple, confie Antoine Puleo, adjoint au maire à la culture et aux animations. Nous avons choisi de ne pas les montrer afin de ne pas choquer, les enfants notamment. »

Malgré cette prévenance, une partie des plus jeunes visiteurs ne s’y sont pas attardés… Mais la mairie se félicite qu’au moins, cette initiative permette « de faire connaître ce musée à des populations qui ne fréquentent pas ce genre de lieu ».